Thomas Azier

Thomas Azier

Venu tout droit de Berlin, Thomas Azier trace les contours d’une musique électro-pop intransigeante, sombre et rêveuse. Au début, Thomas doit se battre pour trouver son public. Le réseau artistique que Thomas Azier espérait trouver à Berlin se révèle être surtout un environnement d’ironie et de sarcasmes. La transformation permanente de sa ville d’adoption l’a beaucoup marqué et a contribué à définir le thème général de sa musique, qu’il décrit comme une « métamorphose ».

En 2012, il sort deux EP, Hylas 001 et Hylas 002, sur son propre label Hylas Records / BMG, ce qui le conduit à la signature de son premier contrat avec Universal Music France. Ces sorties devaient être les premiers volets d’une trilogie, mais Hylas 003 deviendra finalement un album entier – simplement intitulé Hylas – qui verra le jour début 2014.

Il développe sa propre vision musicale : repousser toujours plus loin les limites en combinant des sons analogiques, des voix chaudes et dramatiques, avec des rythmes tempétueux et les sons naturels de l’usine. L’album entier est écrit, composé, joué et réalisé par le jeune multi-instrumentiste, seulement assisté du sound designer et coréalisateur Robin Hunt.
Les cinq ans que lui aura pris la réalisation de cet album reflètent le développement de l’artiste, de la naïveté de la jeunesse au chemin chaotique vers la maturité.
Sa musique établit des ponts entre les cultures. En combinant des sons d’usines dérivés du gabber hollandais et du hardcore avec l’influence de la scène électronique allemande et la profondeur des émotions que l’on peut retrouver dans la chanson française, il pourrait bien être en train de définir la pop européenne des années à venir.

Avec son premier album Hylas, sa propre métamorphose est complète – du moins pour l’instant. La roche brute, après s’est constituée en monolithe solide, pourrait bien laisser entrevoir un cristal…

 

Intégrez l’univers branché de Berlin grâce à Thomas Azier et son album Hylas.

Revenir en haut de la page